poudreux

poudreux

Résultats


Championnats départementaux 2016

Journée dense et météo capricieuse

Après quelques beaux week ends de ce mois d'avril, celui choisi pour les championnats départementaux armes anciennes était juste horrible: pluie continuelle le samedi, giboulées le dimanche et un froid de canard.

J'avais prévu de grouper mes séries de tir le dimanche, grand bien m'en a pris ! Certes la journée fut dense, mais au moins j'ai évité les conditions du samedi. Ceci étant, l'expérience m'a appris qu'une météo capricieuse n'est pas forcément synonyme de résultats tout aussi incertains.

 

Au programme donc, 3 séries le matin: Kuchenreuter, Mariette et Vetterli

2 séries l'après-midi: Whitworth et Maximilien

 

Mise en jambes

 

Je n'espérais pas grand chose de mes premières séries, je n'avais pas sorti le pistolet à percussion depuis près d'un an et le revolver avait repris du service quelques semaines à peine auparavant. Mais je comptais sur ces séries "pistolier" pour me mettre en jambes (ou plutôt "en bras") pour la suite.

Effectivement, les scores n'ont rien eu d'exceptionnel: autour de 85 à chaque fois.

Puis ce fut le tour du Vetterli, avec ma carabine suisse d'époque. J'étais le seul à tirer en "origine", du coup le classement se faisait parmi les tireurs  de la catégorie "réplique". J'étais bien dans mes tirs, bonnes sensations. Ma carabine m'a fait son habituel caprice à l'allumage, résolu en versant un peu de pulvérin directement sous la charge principale, en risquant de compromettre la précision des tirs. Surprise en cible: groupement magnifique, surtout sur la 2e cible: que des 9 et quelques 10. Score final: 94 ! Une médaille d'or avec presque 10 points d'avance sur le 2e.

 

On passe aux choses sérieuses

L'après-midi, place à ma discipline favorite: le Whiworth. Tiré cette année avec la GIBBS en balles graissées. Malheureusement, je n'étais pas à mon aise: pouls trop rapide, soleil qui zébrait la 1ère cible...et voilà que mon voisin m'annonce qu'une de mes balles est un joli 9...dans SA cible ! Je déteste ces configurations de stand où la cible du voisin est à 30 cm de la votre: en tir au dioptre on ne voit rien, il faut faire un balayage vertical en visée pour s'assurer qu'on aligne bien la bonne cible.

Finalement la série n'est pas trop mal et avec seulement 12 balles comptées au lieu de 13, donc seulement 2 "plus mauvaises" retirées au lieu de 3, ça donne un 92/100 plutôt correct, gratifié par une médaille d'or.

 

Et on termine avec le Maximilien. J'avais résolu mon problème de platine (de temps en temps et pour une raison inexpliquée le chien tombait au cran de 1/2 armé lors du tir) en modifiant un peu la noix de celle-ci et corrigé le centrage des organes de visée. Habituellement j'ai du mal à finir ma série de 13 coups (manque de temps) et les tirs mélangent quelques groupements de 3-4 balles bien placée + des "baladeuses" qui pourrisse le carton. Mais là...rien...juste un tout petit long feu qui m'a obligé à réamorcer le bassinet, sinon aucun problème. Et c'est rentré ! La plupart des tirs étaient dans le visuel noir. Score final: 84, hop, une médaille d'or de plus.

 

Dilemne

 

Me voici donc avec 3 scores de qualification aux championnats de France:

 

94 au Vetterli origine

92 au Whitworth

84 au Maximilien

 

Alors j'y vais ou j'y vais pas ? Le problème est que c'est à Bordeaux, 7h de route. D'habitude la question ne se pose même pas: qualifié sur 1 série, je ne vais pas faire 14 ou 15h de route sur un week end juste pour ça, mais là sur 3 séries ce n'est plus tout à fait pareil.


18/04/2016
0 Poster un commentaire

Petit entraînement au Vetterli Origine

Les débuts

 

C'était il y a un peu plus d'un an, j'avais craqué pour une jolie carabine cantonale Suisse des années 1840 en calibre .410 (10.4 mm) qui m'avait semblé saine mais dans l'attente d'une rénovation.

Ce fut ensuite une longue période de travail au fond du garage mais qui peut se résumer ainsi: du plaisir !

Bois, platine, canon, tout a été revu, nettoyé et remis en état mais en préservant une certaine patine car selon moi ce genre de bijou n'a pas vocation à ressembler à une réplique sortie de son carton d'usine.

 

Je ne rentrerai pas ici dans les détails, mais les photos parlent d'elles-même:

 

 

Voici l'arme "avant":

 

carabine vetterli 3.jpg

carabine vetterli 4.jpg

Nouvelle image (13).jpg

 

Et la voici "après":

 

IMG_2710light.jpg

 

 

IMG_2725light.jpg

 

IMG_2721light.jpg

 

Au stand !

 

Une arme aussi propre (le canon était déjà joli, il est désormais "miroir"), ça doit pouvoir s'exprimer en cible...direction le stand, sur le pas de tir 25-50m.

A 25M, sans surprise, ça rentre bien, je ne cherchais pas à faire un groupement mais juste à vérifier si les organes de visée était bien calés.

On passe au 50m et là c'est la surprise: tir sur appui, 1er chargement approximatif et balle ronde calepinée, un groupement de 5-6cm de diamètre !

Changement de dosage de poudre pour descendre à 1.5g et voici le résultat sur 5 coups:

 

Nouvelle image (1).jpg

 

Cette arme est donc une tueuse de mouches. Mauvaise nouvelle pour le tireur: si ça rentre pas, c'est certainement pas la faute de l'arme, ni du chargement.

 

Alors on enfile la veste de tir, on s'applique, on change rien au chargement et on tire en conditions de Vetterli (debout sans appui, cible C50 à 50m):

 

IMG_1988.JPG

 

NB/ L 'impact à droite dans le 1-2 à 3h c'est un cadeau de mon voisin qui tirait aussi à 50m... 

 

Il va falloir compenser en hauteur. mais pour le reste c'est bluffant. L'arme est super agréable à tirer: aucun recul (pas étonnant, elle accuse près de 8kg sur la balance...), la première fois j'ai cru que j'avais oublié la balle tellement c'était doux. L'équilibre à l'épaule est génial: une fois posée sur mon poing gauche, bras calé contre la hanche, le bras gauche ne sert même pas à tenir l'arme, ça bouge pas !

 

La visée n'est pas simple car c'est un œilleton foré directement dans la hausse, que l'on relève à la verticale. Déroutant au début, mais il va falloir s'y faire.  A l'avant c'est une aiguille très fine qui ne masque pas le visuel noir, donc parfait.

 

Les entraînements suivants m'ont appris à bien aligner tout ça et désormais, ça sort pas du 8-9-10. 


18/04/2016
0 Poster un commentaire

Nouveau recalibrage

Les résultats avec la GIBBS ont fini par rejoindre ceux obtenus avec le Whitworth 3 bandes, mais au vu de ce que l'on peut espérer j'étais encore loin du compte.

Restait donc à trouver comment progresser. Une fois n'est pas coutume, c'est vers le chargement que mon attention s'est portée car depuis quelques temps j'obtenais d'excellentes sensations de tir qui me confortaient dans l'idée que l'erreur due au tireur devenait minime.

 

Recalibrage et mesures

Je me suis décidé à investir dans un petit micromètre pour vérifier les dimensions exactes de mes balles. Un simple pied à coulisse avoue ses limites car tout se joue au niveau du 1/100e voire en-dessous.

 

Je dispose d'un recalibreur Pedersoli disposant de deux inserts: un en  .449 et un en  .450

Nouvelle image (12).jpg

 

Mon problème est que le .449 est trop étroit (la balle descend alors toute seule sous son poids dans le canon) et que le .450 est également un peu limite (la balle descend sous le poids de la baguette mais également presque toute seule).

 

J'ai donc décidé de sacrifier l'insert en .449 pour le réaléser plus large. Le résultat est proche du .4505 (estimation) malheusement un poil inhomogène au diamètre et surtout un poil trop large.

 

Me doutant que la température (du recalibreur) devait jouer aussi à ce niveau, j'ai fait quelques relevés sur des balles recalibrées à 15-20°C et d'autres à 35-40°C. Les mesures sont prises en 3 points: en bas (b) , au milieu (m)  et en haut de la balle (h), et à 90° d'écart angulaire (une balle n'est jamais parfaitement cylindrique) voici les diamètres relevés:

 

chaud h 11,421 11,418
m 11,421 11,423
b 11,432 11,43
froid h 11,431 11,432
m 11,432 11,427
b 11,439 11,429

 

Confirmation donc que la température joue, et pas qu'un peu puisque la moyenne des écarts tourne près de 1/100e de mm !

 

Bonne nouvelle, me voici donc armé d'un recalibreur capable de me donner 2 recalibrages différents, un "serré" (froid), un "relâché" (chaud), autour des .450 inch recherchés. Place aux essais !

 

Rechargement et tir

 

Déjà, bonne nouvelle, la balle recalibrée avec le recalibreur modifié et à chaud (environ 35°C) coince pile comme il faut: elle ne descend pas seule et la baguette suffit presque à la faire descendre (il faut juste l'aider un peu sur les premiers centimètres).

 

1er essai avec la charge habituelle: 90gr de PS3

 

cible 1.jpg

C'est pas mal au vu de certains groupements, mais les écarts sur certains coups me donnent à penser que c'est du côté de la charge de poudre qu'il faut travailler. On passe donc à 70gr:

 

cible 2.jpg

On est sur la bonne voie ! Les écarts sont essentiellement en vertical, on descend encore la charge: 60gr

 

cible 3.jpg

 

Eh ben voilà ! Si si, il y a bien 13 coups, donc le joli groupement du 9 limite 10 à 11h contient 8 impacts !

 

La suite bientôt car il y a encore quelques impacts qui se baladent, effort à poursuivre.


29/03/2016
0 Poster un commentaire

Entraînement du 20 avril 2014

Au programme de cet après-midi du 20 avril 2014:

- Kuchenreuter (25 m pistolet) avec le Lepage

- Mariette (25m revolver) avec le Remington

- Whitworth (100m carabine) avec le Parker Hale

 

La météo avait annoncé un temps assez exécrable et pourtant le soleil a réussi quelques percées en fin de matinée, et pas une goutte de pluie ! Comme quoi, en Normandie il ne pleut pas tout le temps...

 

Pas de vent ce matin là, une luminosité correcte et un petit 15°C.

 

Début de séance au pistolet à percussion. Rien d'extraordinaire, je dirais même qu'au contraire c'est décevant. Je soupçonne un problème au niveau de mon chargement, il faudra que je vérifie lors d'un essai sur support de tir car même si j'ai "perdu" en technique faute d'entraînement suivi ces derniers temps au pistolet, je ne m'explique pas un aussi piètre carton: tous les impacts sont dans le visuel noir mais le score reste très bas: 87 ou 88. J'ai modifié mon chargement au niveau balle et calepin il y a quelques mois et ce n'est pas au point. A l'origine j'avais une balle en .445 avec un patch assez fin que je retrouvais systématiquement déchiré après tir. J'avais donc décidé de passer à une balle plus petite et un patch plus épais mais le couple n'est pas encore bien adapté et je dois tester plusieurs épaisseurs de tissu pour trouver celui qui ira pile poil.

 

On passe ensuite au revolver. C'est la première fois que je tire dans des conditions normales puisque lors des séances précédentes j'ai testé le groupement et le réglage du guidon (que j'ai raccourci à la Dremel et fini à la lime). Les tirs sont un peu bas  (mais ça c'était voulu car je n'ai pas souhaité trop raccourcir le guidon, la lime à épaissir n'ayant pas encore été inventée), mais je suis agréablement surpris par le résultat: beau groupement bien dans le visuel noir et un score pas ridicule pour une 1ère séance réelle:

 

IMG_0215.JPG

J'avais pourtant l'impression de ne pas faire de très beaux lâchers, la faute à une détente que je juge trop progressive (je préfère quand c'est direct). Ceci me conforte dans l'idée que pour le Lepage j'ai du boulot sur le chargement à reprendre. 

 

Et on termine par le 100m (toujours mieux dans ce sens car le bras est bien échauffé et dans l'autre sens c'est tout le haut du corps qui aurait été fatigué). Mon Parker Hale prend sa place contre mon épaule, mais cette fois j'utilise ma nouvelle veste de tir, une Kurt Thüne (prononcez "Courtoune") toute neuve et un nouveau gant de tir (de la même marque). La sensation est assez bonne au niveau maintient, surtout que les coudes ne glissent plus sur leurs appuis. De bonnes sensations de tir mais quelques "baladeuses" qui se promènent dans le 8, dommage. A 3 coups de la fin, j'ai dû merder dans mon chargement (oubli de la poudre certainement)....fait rarissime car avec les doses de poudre préparées dans les petits tubes on limite beaucoup ce risque. L'avantage de cet incident est que j'ai donc percuté une amorce sans avoir ensuite le recul du départ du coup, ce qui m'a permis de voir que je ne bouge pas d'un poil en visée à cet instant (ce qui arrive parfois lorsqu'on redoute un peu le recul). Plutot que d'extraire la balle avec un tire-balle j'ai inséré un peu de poudre via le bouchon de chambre latéral, cela a suffi à faire partir mollement cette ogive qui attendait désespérément au fond du canon...

 

20 avril 2014.JPG

Au final ça nous donne un beau 92/100 mais il y a moyen de faire (nettement) mieux. Je n'arrive pas encore à sentir ce qui fait que certains coups partent hors du 9. Vu que les balles sont pesées et triées au grain près et que les charges sont également pesées au centième de gramme près, je ne pense pas que ce soit de ce côté qu'il faut chercher. J'envisage plutôt de voir l'aspect "tassement" lors du chargement (poids mis sur la baguette de chargement ou coups donnés dessus) ou de tenter de la poudre Suisse N°3, réputée moins vive que la N°2 et qui donne de meilleurs résultats dans certaines armes longues.


23/04/2014
0 Poster un commentaire

Coupe de l'Eure 2014

Samedi dernier, journée au stand de Claville pour la coupe de l'Eure. Je m'étais inscrit pour 3 disciplines dont deux "pour tirer" et une où je voulais faire du point.

 

Au Kuchenreuter à 25m, vu que je n'avais pas touché à l'arme depuis plusieurs mois, je ne m'attendais pas à des miracles. Quoique, parfois, après une longue période d'arrêt, je me suis surpris à faire de très jolis scores... Mais bon, là ce fut sans surprise avec un 87/100 pas déshonnorant mais pas extraordinaire non plus.

 

photo 1.JPG

Puis ce fut le tour de mon Mortimer à silex de faire parler la poudre, à 100m. J'adore cette arme bien que je ne la maîtrise pas encore vraiment. Le départ du coup est magique: on sent une petite impulsion au creux de l'épaule, puis le souffle de la charge à travers le canon, sans secousse. Je me rappelle que la première fois où j'ai tiré avec j'ai cru avoir oublié de mettre une balle, tellement le recul était léger. Quelques temps plus tard j'ai contrôlé avec un CHRONY (cinémomètre) la vitesse de sortie: plus de 400m/s ! Pour une balle de calibre .54 c'est étonnant d'avoir cette sensation combinée à une telle vitesse.

Mon chargement est des plus simples, selon mon éternelle philosophie de la complexité progressive: une charge de poudre suisse N°2, puis la balle calepinée direct en contact. A 50m en appui ça donne du "touche-touche" au niveau des impacts. A 100m et sans appui (tir couché), ça se gâte, non pas à cause du chargement mais par mon défaut de maîtrise du départ du coup. La platine est d'une douceur à faire pâlir d'envie bien des armes modernes mais il faut ensuite bien régler son silex et gérer la tenue de l'arme durant l'allumage du bassinet.

Pour vous faire une idée, voici un instantané de l'allumage du bassinet...la flamme résultante est à moins de 20cm du visage et il ne faut surtout pas bouger...

allumage mortimer 1.jpg

Habituellement j'ai du mal à mettre toutes mes balles dans la cible, avec malgré tout quelques coups très bien placés. En fait ceux qui correspondent à de "bons" départ sont dans le noir (zone 7-8-9-10) et les autres sont un peu n'importe où, voire en-dehors de la cible.

Sans grande surprise donc, j'arrive à 47/100 mais en ayant eu le temps de ne tirer que 11 coups sur les 13, faute de temps (30mn pour tout tirer et j'ai eu un souci de silex à changer).

 

Enfin au Whitworth, la série a plutôt bien commencé avec un magnifique 10 dès le 1er coup qui donne confiance. La première cible a reçu 6 coups, la 2e 7, donc bien les 13 au total mais la 2e série ne voulait pas rentrer dans le 10...beaucoup de 9 donc, qui tournaient autour du 10 sans vouloir le toucher. Mes sensations étaient plutôt bonnes mais pas totalement, le résultat n'est donc pas surprenant: 91/100.

 

coupe eure 2014 2.JPG

 

 

coupe eure 2014 1.JPG

 

Au final de cette compétition, une médaille d'argent au Maximilien (silex) sans grand mérite vu qu'il n'y avait que 3 ou 4 compétiteurs et une médaille d'or au Whitworth qui si elle est jolie, n'est pas glorieuse car c'est un peu un coup de chance que personne n'ait fait mieux.


07/04/2014
0 Poster un commentaire


Ces blogs de Sports pourraient vous intéresser