poudreux

poudreux

Une bonne graisse

Voici LE sujet qui fait débat chez les tireurs à la poudre noire ! Vous n'imaginez pas le nombre de pages qui sont venues charger les forums à ce sujet ni le nombre de cafés et de bières qui ont été vidées un peu partout dans le monde à l'occasion de discussions sur ce point. Ici je vais vous donner quelques éléments de synthèse qui vous serviront de point de départ voire de conclusion (ce sera à vous de voir).

 

Petit rappel sur les profils de balles et leur graissage

 

Juste quelques éléments de base pour bien comprendre ce qui suit: une balle est soit ronde, soit de profil allongé. Les balles rondes sont tirées en utilisant des calepins de tissu, tandis que les balles oblongues sont soit patchées (papier autour de la balle), soit pourvues de gorges de graissage.

 

balles-rondes--36--.jpg   image3711.jpg
    moulelyman2654656.jpg

NB: Certains utilisent également la technique du patch papier pour des balles pourvues de gorges de graissage.

 

Les balles munies de gorges de graissage doivent recevoir la graisse uniquement dans les gorges (pas sur l'avant ni sur le culot).

Les balles patchées papier sont graissées sur leur longueur une fois le patch mis en place

Les balles rondes sont soit graissées directement (tir à balle forcée), soit placées dans un calepin qui sera lui graissé.

 

Qu'est-ce qu'une bonne graisse ?

 

Epineuse question car contrairement aux apparences, on demande beaucoup de choses à une bonne graisse.

 

  • Lubrification

Elémentaire me direz-vous, une graisse ça sert à lubrifier le contact entre la balle et le canon. Certes, mais il manque alors à l'analyse la considération des effets de la température. En effet, certaines graisses ou lubrifiants voient leurs propriétés changer de façon importante avec la température. C'est l'exemple typique des huiles de moteur: pas la même viscosité à chaud et à froid, d'où les indices du genre "30 W 40" sur les bidons.

Pour le tir, les températures commencent à -10°C (faut pas être frileux pour tirer dans ces conditions) jusqu'à  + 200°C (on parle de la température qui sera vue par la graisse, pas de celle des gaz). Au dessus de 200°C les balles en plomb commencent à faire la tête donc inutile de chercher plus haut.

Mais a-t-on besoin d'avoir des propriétés lubrifiantes identiques à toutes ces températures ? La réponse est NON ! En revanche, il ne faut pas que ces propriétés tombent à 0. En résumé, une bonne graisse doit conserver un pouvoir lubrifiant à toutes ses températures d'utilisation.

Il faut comprendre que la graisse, soumise aux contraintes de température et de frottement (déplacement de la balle dans le canon), va venir former un film de lubrification au niveau du contact balle-canon. Ce film tend à réduire les efforts de frottement et donc favoriser la prise de vitesse de la balle sous l'effort de poussée des gaz.

 

  • Encrassement

La dégradation de la graisse avec la température ne doit pas conduire à obtenir des dépôts dans le canon. Il y en aura déjà bien assez avec les résidus de combustion de la poudre (sulfure de potassium et résidus charbonnés en majorité).

L'élévation de température qu'elle va subir lors de la mise à feu de la charge ne doit pas être suffisante pour "brûler" le film de lubrification entre la balle et le canon car il en résulterait alors une perte totale de l'effet de lubrification (augmentation des efforts) et un dépôt préjudiciable aux tirs suivants.

 

  • Praticité

Imaginez de devoir utiliser de l'huile bien liquide pour graisser vos balles: non seulement vous ne pourriez pas garnir correctement les gorges de graissage, mais en plus vous en mettriez partout et seriez incapable de préparer complètement vos balles à l'avance. Une vraie galère.

A l'inverse, imaginez de devoir tartiner sur vos balles une graisse qui à température ambiante serait aussi dure que de la paraffine: bon courage !

Il nous faut donc une graisse qui soit relativement molle (mais pas trop !) à température ambiante et qui fonde à température plus élevée. La deuxième condition est bien entendu la plus facile à obtenir, d'autant que la première est à prendre en compte pour une certaine plage de températures: on tire généralement entre -10°C et +40°C max mais ça fait déjà une jolie étendue.

 

Principe d'élaboration d'une graisse pour le tir

 

Toute recette de graisse doit reposer sur ces deux bases, le reste constituant des "additifs" pour varier les propriétés spécifiques à l'usage souhaité.

 

  • Base lubrifiante

C'est LA base de votre graisse car c'est elle qui déterminer majoritairement ses propriétés de lubrification. L'éventail est assez large, regardez la liste suivante:

- graisse animale (joue de porc, pied de boeuf, etc...)

- vaseline

- huile végétale

- margarine

- huile minérale ou de synthèse (huile pour moteur)

- graisse de roulement à bille

- etc....

A noter que chaque possibilité évoquée ci-dessus (et même les autres) aura ses spécificités en termes de tenue en température, d'encrassement et de propriétés lubrifiantes.

Les huiles "industrielles" de type huile de synthèse ou graisses mécaniques offrent en général les meilleures tenues aux températures élevées. Mais selon les exigences de votre arme, ce choix peut être largement surspécifié !

 

  • Base durcissante

Voici ce qui va donner de la consistance à votre graisse, tout est alors dans le dosage. De préférence cette base doit pouvoir fondre assez facilement et laisser le moins de résidus possible en combustion (comprenez "ça doit bien brûler" !).

Quelques exemples:

- paraffine

- stéarine (bougie !)

- cire d'abeille

- etc...

Le plus important dans le choix est la miscibilité avec la base de lubrification: les deux doivent se mélanger à chaud et ne plus se séparer ensuite.

 

  • Additifs classiques

Afin de moduler les propriétés de votre graisse, vous pouvez avoir recours à des additifs comme:

- une huile liquide (si votre base est pateuse) pour obtenir une meilleure fluidité aux bases températures

- une graisse pateuse (si votre base est liquide) pour obtenir une meilleure tenue aux hautes températures

- quelques goutes d'huiles essentielles (pour le parfum !)

- un colorant (pour distinguer vos graisses entre elles)

 

  • Adaptation du dosage

Une astuce de tireur: il n'y a pas de graisse unique, polyvalente pour toutes les armes et toutes les conditions de tir. Comme pour les moteurs de voitures, il vous faut adapter le choix à l'usage.

Votre graisse doit être pateuse à température ambiante, fluide  à plus haute température. Si vous tirez l'hiver, à des températures proches de 0°C, votre dosage de graisse ne peut pas être identique à celui que vous prendrez pour l'été et des températures de l'ordre de 25°C.

 

La méthode

 

Pour trouver votre recette, voici quelques conseils:

 

Commencez par tester les composants un par un au regard de leur tenue en température. Ca se fait dehors (pour ne pas faire crier madame), sur un réchaud à gaz sur lequel on place une plaque de métal (pour éviter les effets d'allumage au contact des flammes). Poser une petite dose de votre produit sur la plaque puis mettez à chauffer. Observez. Vous aurez alors une idée des températures auxquelles votre produit change de propriétés en surveillant son ébulition puis sa combustion éventuelle et les résidus associés. Comparez les produits entre eux (un échantillon de chaque sur la même plaque).

 

Une fois les composants sélectionnés, préparez un bain-marie en commencant par la base lubrifiante. Mesurez (pesez) la dose versée. Ajoutez alors une dose mesurée de base durcissante. Laissez refroidir (ne continuez pas à chauffer le mélange une fois liquide et mélangé).

Trop mou ? Augmentez la dose de base durcissante

Trop dur ? Diminuez la dose de base durcissante

Ajoutez vos additifs en dernier et corrigez la dose de base durcissante pour retrouver une consistance satisfaisante.

 

Attention, la dureté du mélange se juge après plusieurs minutes de refroidissement d'une petite dose prélevée (une cuillère à café) placée au frigo (pour accélérer), sinon vous aurez des surprises !

 

Testez vos mélanges à différentes températures. Je vous conseille de commencer par 2 cas:une graisse pour l'été (à tester avec un coup de sèche cheveux pour monter à 30°C environ), une graisse pour l'hiver (à mettre au frigo pour du 4-6°C).

 

Point de départ:

 

25% de cire d'abeille (facile à trouver sur Internet)

75% de vaseline (dans toute bonne pharmacie, ça s'achète même par pots de 1 kg)

 

 



09/09/2015
0 Poster un commentaire

A découvrir aussi


Inscrivez-vous au blog

Soyez prévenu par email des prochaines mises à jour

Rejoignez les 9 autres membres